mercredi 12 mars 2014

Perce-neige ou nivéole?

Les jours rallongent, la neige fait petit à petit place à une herbe, encore jaune, qui reverdira bientôt. L’hiver commence a paraître moribond, mais nous le connaissons, il sait nous surprendre de soubressauts réfrigérants…

les primevères couleur de beurre frais

Les premières fleurs apparaissent dans nos prairies, dans nos jardins. Les primevères nous font la grâce de leurs fleurs couleur de beurre frais, les perces-neige dressent leurs clochettes blanches au bout de leurs tiges grêles… oui mais perce-neige ou nivéole ?

Perce-neige
Ces deux fleurs, qui poussent de janvier à mars, dans les prés, en bord de forêt, dans les vergers, sont souvent confondues par les promeneurs. Gardèla ou hyotsèta dè nê, leur aspect général est assez semblable : une fine tige dressée porte une unique fleur en forme de clochette blanche à 6 pétales. Comment les reconnaître? Si la fleur de la nivéole comporte 6 pétales identiques, chez le perce-neige, les 3 pétales extérieurs sont nettement plus longs que les 3 pétales intérieurs.

ou nivéole?
Depuis toujours, perce-neige et nivéole sont connues pour la toxicité de leur bulbes, qui sont riches en alcaloïdes.

Cependant, à travers son élixir floral, le perce-neige nous transmet sa promesse de force nouvelle. A chaque fin d’hiver, elle nous montre que ni les éléments, ni la neige, ni la glace, ni la pluie ne peuvent l’empêcher de s’épanouir. Cette fleur timide et délicate nous incite à  ne pas nous laisser abatttre par les difficultés et les éléments extérieurs. Celui qui fait appel à l’élixir de perce-neige se verra soutenu avec joie, enthousiame et espoir pour sortir de la gangue de souffrances qui l’emprisonne et pourra donner libre place à ses potentialités. 

Isabelle Seghin

Article publié dans "Le messager" du 21 février 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire